À l’Assemblée Nationale, comme ailleurs, je serai fidèle à ma famille politique de la droite républicaine. Je suivrai donc sa feuille de route, tout en restant ouvert et en défendant les intérêts de la Guadeloupe.


Je porterai mon combat pour l’eau à l’Assemblée
Nationale et au-delà. L’accès à l’eau pour tous et à un prix équitable doit être inscrit dans la loi.

Ce dossier est délicat, difficile et technique. Il demande une expérience certaine de la chose publique et politique, et l’audace que vous me connaissez. Durant toutes ces années, je me suis fait une conviction : même si j’ai de belles réussites à mon actif au niveau guadeloupéen, je suis convaincu qu’il nous faut désormais aller défendre le dossier de l’eau à l’Assemblée Nationale. Il n’est pas admissible qu’en Guadeloupe, Karukéra, l’île aux belles eaux, des concitoyens n’aient pas d’eau dans leurs robinets ! Elu député, je travaillerai à ce que l’accès à l’eau soit garanti pour tous, et à un prix équitable.

 

J’œuvrerai à lever les freins au plein emploi et au pouvoir d’achat des Guadeloupéens.

Dans cette optique, je conduirai un vrai travail législatif afin de faire baisser toutes les charges absurdes qui pèsent sur l’emploi des Guadeloupéens et la commercialisation des produits et services « made in Guadeloupe ». Ces charges insupportables pour nos socio-professionnels placent la Guadeloupe dans une situation de concurrence déloyale avec nos voisins et amis caribéens.
Par ailleurs, je m’opposerai à toute forme d’augmentation des impôts pour les Guadeloupéens, et je lutterai pour augmenter le montant des retraites modestes. Les Guadeloupéennes et les Guadeloupéens sont des travailleurs acharnés et résilients, leur mérite et leur dignité doivent être récompensés y compris lors de la retraite.
Je travaillerai aussi à donner des outils de développement performant et durable aux professionnels du tourisme, qui créent nombre d’emplois directs et indirects en Guadeloupe.

 

La ruralité, l’agriculture et la pêche seront aussi mes priorités.

Je suis profondément attaché à la ruralité et à ses valeurs d’effort, de travail, de mérite et de solidarité fraternelle et familiale. J’accorderai une attention toute particulière à la diversification des cultures, et à introduire plus d’équité pour la rémunération des petits planteurs de canne à sucre, tout en veillant à la rentabilité de la filière.

Je remettrai aussi en chantier le projet Cap 100 000 tonnes pour la banane de Guadeloupe, pour garantir l’émergence d’au moins 500 nouveaux emplois dans la filière banane, sur l’ensemble du territoire.

Je ferai aussi en sorte que soit renégociée la délimitation de nos eaux territoriales,

pour que nos pêcheurs puissent pratiquer la pêche au large en toute sérénité, sans être considérés comme des criminels par nos voisins. Je défendrai aussi une révision de la réglementation européenne afin que le Fonds européen pour les affaires maritimes et la pêche (FEAMP) soit autorisé à financer l’achat de nouveaux bateaux de pêche adaptés à notre environnement maritime. Nous formons des marins-pêcheurs, des capitaines, alors il faut aussi leur permettre de s’outiller pour travailler sérieusement.

Bien sûr, je veillerai à doter la filière de l’agro transformation d’outils suffisamment puissants pour lui permettre d’occuper toute la place qu’elle mérite dans notre tissu économique.

Je favoriserai le désenclavement numérique et l’émergence d’un économie numérique guadeloupéenne forte partout.

Nous avons chez nous des jeunes entrepreneurs innovants. Ils réussissent souvent à l’international et inspirent d’autres à se lancer dans l’économique disruptive.  Leur donner les moyens de leurs ambitions, c’est aussi œuvrer sérieusement au désenclavement numérique de la Guadeloupe.

 

Je veillerai à un développement des énergies renouvelables respectueux de nos populations et paysages.